25 ter Bd Jean-Jaurès 45000 Orléans
/
Téléphone
Union Berrichonne du Loiret

Reportage St Jacques de Compostelle de Etienne et Claudine

Sur  les Chemins de St Jacques de Compostelle  
                                                                               
                                                           




Notre  première aventure sur les chemins de Compostelle remonte en juillet 1998, A cette époque nous avions très peu d’expérience de la randonnée itinérante. Très intéressé par le pèlerinage de St Jacques dont nous avions lu et relu nombres de publications en particulier le livre « priez pour nous à Compostelle » qui nous a vraiment donné l’envie de partir. Ce fut notre première aventure sur les chemins de St Jacques qui ne dureront qu’une semaine. Point de départ au Puy en Velay, voie de prédilection des pèlerins venus de l’Est appelée aussi « voie podiensis »









                                                                                                        Prêt  pour le Départ   
Aller à St Jacques, c’est aller à la rencontre des hommes, des cultures et de la nature. Si possible on s’y rend à pied ; le long des sentiers et au cours des haltes quotidiennes, on y trouvera un terrain de découverte inépuisable, découverte de soi et des autres, de l’histoire, des arts et des paysages. Le marcheur d’aujourd’hui s’engage sur le chemin avec une quête qui, si elle n’est pas uniquement spirituelle, revient toujours à un défi personnel. On devient pèlerin.

Costume de pèlerin Médiéval                       Peinture murale représentant St Jacques (St Juste i barre)
Un peu d’histoire

En l’an  44     l’apôtre Jacques le majeur est décapité en Palestine

En l’an 813    les reliques de St Jacques sont retrouvées en Galice

En l’an 951    date du 1er pèlerinage par l’évêque du Puy en Velay « Godescale »

En l’an 1175  le pape Alexandre 3 crée l’ordre de St Jacques pour protéger les pèlerins sur les chemins

Au 13ème siècle les pèlerinages à Santiago connaissent leur apogée puis déclinent jusqu’au 16 ème siècle

1867  le 25 juillet, une quarantaine de pèlerins seulement sont présents à Compostelle pour la fête de l’apôtre le pèlerinage est alors au plus bas

1950  Millénaire du pèlerinage de l’évêque Godescale. Création de la société des amis de St Jacques à Paris

1987        Le conseil de l’Europe proclame officiellement les chemins de St Jacques « 1er  itinéraire culturel Européen »

Le flot des pèlerins ne cesse d’augmenter

1985=619            1987=1800             1988=3051              1989=5760

1998  le 2 décembre à Kyoto au Japon les chemins de Compostelle sont classés « Patrimoine mondial de l’UNESCO »

30 000 pèlerins furent enregistrés à Compostelle.

1999 Dernière année Jubilaire (Année où la St Jacques tombe un dimanche) du 20ème siècle 150 000 pèlerins rallièrent Compostelle.

Carte des chemins de st Jacques de Compostelle

On remarquera sur cette carte les quatre grandes voies principales pour se rendre à St Jacques

No 1 La via « Podiensis » ou voie du Puy en Velay (Conques , Cahors , Moissac , Condom , Artez de Béarn , Roncevaux)

No 2 La via « Turonensis » ou voie de Tours (Paris , Orléans , Tours , Poitiers , Bordeaux , St Jean de Pied de Port , Roncevaux)

No 3 La via « Lémovicensis » ou voie de Limoges (Vézelay , Bourges , Limoges , Périgueux , St Jean de Pied de Port , Roncevaux)

Ces trois premières voies se rejoignent à Ostabat dans le Gers pour ne former qu’un seul chemin en passant par les Pyrénées par le col de Roncevaux.

No 4 La via « Tolosana » ou voie de Toulouse (Arles , Montpellier , Castres , Toulouse , Pau , Col du Somport)

Cette voie appelée aussi «  voie du sud » franchie les Pyrénées au col du Somport et rejoint les trois autres voies en Espagne à « Puente la Reina »   en empruntant le « Camino Francés » ou chemin des Français.


1ère Partie du Puy en Velay (Haute-Loire)à Conques((Aveyron)


                              La croix occitane la coquille St Jacques le bourdon                                                    Pèlerin sur  le chemin

Mosaïques végétales  réalisées sur un plan vertical ( Hôtel de ville du Puy en Velay)
Dimanche 12 juillet départ du Puy en Velay pour rejoindre Monistrol d’Allier à  27,5 km

Une petite visite de la ville s’impose tant elle recèle de beauté architecturale. On empruntera les escaliers qui serpentent dans les étroites ruelles qui s’entortillent autour et grimpent vers le belvédère de la cathédrale. On ne quittera pas la ville sans une montée à la chapelle St Michel d’Aiguilhe du 10ème siècle située en haut d’un piton de lave de 80 mètres (268 marches) ; de même que le clocher Corneillé dominant la cité avec la statue de Notre Dame de France érigée en  1860.

                                                             La rue des tables                                                    Chapelle St Michel d'Aiguilhe

                                       Fronton de la Cathédrale du Puy en Velay                               10ème siècle, 80m, 268 marches  
 
Le rocher Corneillé  747 m
              Notre Dame de France statue en fonte provenant de Sébastopol                        

Sans aucune expérience des gîtes, nous avions retenu la formule camping (poids des sacs 11 et 13 kg environ) ; c’est avec une certaine émotion que nous partons de la Cathédrale en empruntant la porte principale avec une vue plein Ouest vers Compostelle.

 

                                                             Départ porche de la cathédrale 1er plan la rue pentue des tables


 Descendons le grand escalier, puis la rue très pentue des tables et la place du plot point de départ et de rassemblement des pèlerins.

Place du plot ( le Puy en Velay)
Ensuite on emprunte la rue St Jacques, puis la rude montée par la rue de Compostelle qui nous mènera sur le rebord d’un plateau d’où l’on peut admirer en se retournant la vue générale du Puy que l’on vient de quitter.

                                             Rue de Compostelle le Puy en Velay                               Vue générale du Puy en Velay
                                                                                                                          à gauche chapelle st Michel d’Aiguilhe à droite la                                                                                                                                                                 cathédrale au centre Notre Dame de France

Maintenant cela en est fini de la ville, à nous le calme de la campagne que l’on emprunte par un beau chemin blanc, très encaissé et très ancien. 

Chemin du Puy à Monistrol d’Allier
La rupture avec le train-train quotidien est totale, on oublit vite ses soucis. Sentiment profond de liberté, de calme. Il fait beau, le temps promet d’être chaud. La campagne est superbe, On se délecte déjà des prairies fleuries, des champs de lentilles clairsemés de bleuets.

                                                      Prairies fleuries                                                        Bleuets dans un champ de lentilles

Première rencontre avec ce qui reste d’une croix datant de 1621 ; Au pied du fût de la croix l’on aperçoit des cailloux déposés par des pèlerins lors de leur passages. Un peu plus loin on rencontre le premier panneau de balisage du GR 65.

                                            Fût de la croix Jalasset 1621                               panneau de balisage GR 65*   *Sentier de Grande Randonnée

Premier village rencontré, St Christophe sur Dolaizon où l’on se rafraîchit à la fontaine du village.

                                     Église de st Christophe sur Dolaizon 12ème siècle    Clocher à quatre arcades (pierre volcanique rougeâtre)

Traversée de nombreux  petits hameaux où abondent les fontaines qui sont les bienvenues surtout que le soleil commence à mordre les mollets bien blancs de ma bourrique (Claudine). Après 3 à 4 heures de marche nous traversons le village de Montbonnet avec sa chapelle St Roch du 11ème siècle où nous faisons une petite pose fraîcheur.

                     Chapelle st Roch du 11ème siècle   Montbonnet                                  Croix des pèlerins à gauche ,Travail à droite*
                                                                                                                              *Appareil servant à maintenir les bœufs afin des ferrés


Après une arrivée très pentue et difficile aux travers des arbres et des rochers, nous sommes en vue de Monistrol d’Allier la fin du parcours nous parue longue surtout pour Claudine qui fait sa première chute dans la descente ;  la couleur de ses mollets est passée du blanc cassé au rouge fuchsia et pour moi une 1ère ampoule et un échauffement dans le bas du dos à cause du sac. Le métier rentre au corps, à part cela tout va bien. Arrivée vers 17 h 15 bien épuisés mais  ravis. Une bonne plâtrée de nouilles une tape sur le cul et au lit. Une  bonne nuit s’annonce, mais on avait oublié qu’avait lieu ce soir la finale de coupe du monde de foot France-Brésil et ce fameux 3 à 0 , c’est dire si la nuit fut agitée au camping.

                                                  Vue générale de Monistrol d’Allier       Barrage EDF sur l’allier , pont Eiffel

Le lendemain Lundi 13 Juillet départ de Monistrol à la fraîche. Après la traversée du pont sur l’Allier, un morceau de choix nous attend ! la montée rude et très  raide (surtout à froid) sur les Escluzels de  l’altitude 585m à 1078m avec à mi-parcours la Chapelle de la Madeleine creusée dans le roc basaltique dont on aperçoit  juste le fronton de pierre taillée.

                                                  Chapelle Ste Madeleine     Grotte basaltique avec façade aménagée au 17ème siècle

Arrivés sur le plateau, on emprunte de beaux chemins encaissés entre deux murets de grosses pierres avec de nombreux passages de ponceaux (mini petits ponts de pierre) qui enjambent des petits ruisseaux. L’eau est présente partout avec de nombreuses fontaines qui pour certaines se prolongent en plusieurs grands abreuvoirs de pierre, l’eau qui en sort est délicieusement fraîche. Quand le soleil plombe au-dessus de nos têtes, les fontaines sont très appréciées, rafraîchissant bras, jambes, nuque et gosier. Après 3 heures de marche, petit déjeuner sur une hauteur d’où l’on aperçoit la ville de Saugues ; pays de la bête du Gévaudan, bon nombre de ses méfaits eurent pour théâtre la région de Saugues dont la spécialité était le tournage des « esclop » (sabots de bois)

  
              Vue Générale de la ville de Saugues                               Sculpture sur un tronc d’arbre mort ( sur le thème du  pèlerin en vue de Saugues)

Aujourd’hui nous avons rencontré beaucoup de pèlerins souvent des jeunes en couples qui ne marchent que quelques jours. A midi pause pique-nique au hameau de la Clauze en compagnie de trois chiens.

                          Bordure de chemins                                                                           la salicaire(très présente sur le chemin)                                                                                                                                                                  (coussinet de thym en fleurs fenouil des alpes à graines)

Sur la fin de l’étape, le temps se couvre, le vent se met soudain à souffler et le tonnerre commence à gronder. Nous poursuivons plus loin que prévu car l’arrêt au gîte du sauvage ne comporte pas de camping. Après avoir passé le col de l’Hospitalet (1290m) on sent que l’air se refroidit, le paysage a changé, nous sommes au cœur de la margeride ; blocs de granits, clairs ruisseaux et belles forêts ; un pays de rudes hivers. Les hameaux sont petits, dispersés et les maisons aux pierres granitiques remarquablement bien appareillées.

                                                                                        Bel appareillage de pierres du pays
                                                   Pierres volcanique rougeâtre                                                       Pierres granitique grisâtre

Peu avant notre fin d’étape, petite pause à l’oratoire St Roch où les pèlerins font halte depuis le 12ème siècle puis nous arrivons au terme de notre étape, la chapelle St Roch avec tout près de là une fontaine et un abri qui sert de halte aux pèlerins. C’est dans un de ces abris au réconfort sommaire que nous passerons la nuit couchés sur des cartons, le soir tout est calme , l’orage gronde, le ciel est noir, on se croirait seul au monde avec un panorama splendide sur les monts de la  Margeride.

                                                                                                       Refuge de la nuit
                                           Chapelle st Roch à droite le refuge                                    Claudine joue les SDF  refuge St Roch

Après le col de l’Hospitalet nous quittons la Haute Loire pour la Lozère, (le bassin de la Loire pour celui de la Garonne). La Margeride une des plus vielles montagnes d’Europe au sol acide où se plaisent la bruyère et le hêtre. 

                                                                                                  Paysage de la Margeride
parsemés de quelques gentianes en fleurs 

 

Blocs de granit émergent d’un océan de bruyère   

                       Résumé de l’étape                                     Distance                                27 km

                                                                                         Temps de marche environ       8 heures

                                                                                         Arrêt  petit déjeuner après      3½ heures de marche

                                                                                        Arrêt déjeuner plus sieste        1 heure    

Aujourd’hui, c’est le 14 Juillet , après une nuit tranquille mais froide et venteuse nous nous levons vers 6 heures. plions bagages après avoir inscrit notre passage sur le livre d’or réservé aux pèlerins. Dehors il tombe une pluie fine, l’air est vif et froid, le ciel est sombre, le sentier en descente est très herbeux et bientôt chaussettes et chaussures seront détrempées. Passage au hameau du Rouget qui tire son nom de la couleur rouge de son grès.  

Piquets de clôture pur grès (garantie à vie)
En fin de journée, arrêt à St Alban sur Limagnole pour faire quelques provisions.

En vue de St Alban endroit idéal pour la pause
Église de St Alban sur Limagnole(clocher mur a trois baies)
Quelques kilomètres plus loin, pause déjeuner au bord du chemin à l’ombre des pins sylvestres sous le regard admirateur d’un troupeau de vaches. Après avoir traversé le village des Estrets, petit hameau aux toits de lauze nous arrivons à Aumon Aubrac terme de notre étape ; nous allons suivre la « Via Agrippa » l’ancienne voie romaine de Lyon à Toulouse. 
          Église des Estrets(clocher à double arcatures toit en Lauze)                              Beau pigeonnier de pierre(ferme de la tuile)

Il est 15 h 30 quand nous arrivons à Aumont Aubrac après 27 km de marche, mais à notre grande déception le camping se situe à environ 2,5 km du centre ville. Après installation au camping retour au village boire un bon demi de bière à la terrasse d’un café et faire quelques provisions pour le lendemain. Résultat trois fois 2,5 km =7,5 km en plus du parcours. La nuit du 14 Juillet fut calme, le camping étant situé hors de la ville. 

Église d’Aumont Aubrac
Belle coquille st Jacques au-dessus du porche
Mercredi 15 Juillet ; partis de bon matin il nous faut rejoindre le village à 2,5 km puis rallier le village d’Aubrac distant de 30 km (=32,5km).

Au menu du jour un plat unique l’Aubrac. Depuis près de mille ans, les récits des pèlerins assaillis par les bourrasques de neige, totalement perdus dans ses immensités désolées en ont fait un véritable mythe. Aujourd’hui encore, quand on demande aux pèlerins la région qui les a le plus marqués, la majorité vous répondra l’Aubrac, l’étape est longue, l’orientation parfois problématique et le climat rude, paysage désolé et grandiose, sentiment de solitude qui invite à la méditation rehaussée par l’éclat des fleurs sauvages. Difficultés pour Claudine au  passage de nombreuses clôtures équipées de petites échelles elle a parfois du mal à négocier surtout en compagnie de son sac à dos et en plus la peur des taureaux assez agressifs qui se rapprochent. 

                     Ma bourrique dans son numéro d’équilibriste

De temps en temps le chemin passe par les drailles (larges sentiers) autrefois parcourues par les troupeaux pour se rendre à l’estive. 

La Gentiane (peut vivre jusqu'à 60 ans)
Fleurs d’Arnica (tabac des Savoyards)
Première fleur au bout de 1 an  (on utilise ses racines pour fabriquer la liqueur)            les paysans fumaient ses feuilles comme substitu de tabac

Déesse de l'Aubrac

Les Drailles
Vache de race Aubrac
Piste de transhumance pour mener les troupeaux à l’estive                          D’un blond fumé aux cornes harmonieuses les yeux cernés de noir 

Traversons l’un des villages de l’étape Rieutort d’Aubrac, village isolé aux jolis toits de lauze, terre de pâturage où affleurent les roches granitiques.  

                           Rieutort d’Aubrac(four banal et travail)                                    Belle croix de granit affleurement des roches

                          Pont de Marchastel au cœur de l’Aubrac                                                         Buron de toit en Lauze

L’Aubrac  se dit « Alto braco » en occitan qui veut dire haut lieu, dix âmes au km / carré , l’air y est pur et aucun arbre n’arrête le regard ni le vent .Une sorte de désert vert où les agronomes ont compté jusqu'à 120 espèces  au m2 . A midi nous déjeunons au pied du ruisseau à l’ombre du pont de Marchastel puis nous arrivons à Nasbinals, seul village où il y a que quelques possibilités de ravitaillement. 

Église  de Nasbinals 11ème  siècle   ( Style roman mur de basalte et toit de schiste)
Quelques heures plus tard c’est la descente vers l’un des hauts lieux du chemin «  la Domerie d’Aubrac » dont l’on aperçoit la tour des Anglais. 

                                                                                                      En vue d’Aubrac

A une lieue au nord se trouve la croix des trois évêques, frontière entre la Lozère, le Cantal et l’Aveyron. Cette tour dite tour des Anglais sert aujourd’hui de gîte où nous passerons la nuit faute de camping. Arrivés extenués après 32 km par forte chaleur, il nous faudra grimper au 4ème étage par un escalier en colimaçon (très pratique avec un sac à dos). Évidement les toilettes sont au rez de chaussée avec douche inondée. C’est dans ces moments là que l’on trouve la petite salle de bains de chez soi très confortable. C’est la première fois que nous passons la nuit en gîte dans un vrai lit, de quoi bien récupérer. Nous partageons la chambrée avec deux jeunes Anglais et Monsieur Dubois président de la future association « Compostelle 2000 » qui effectue des repérages pour le jubilé de l’an 2000 .Nous dînons tous ensemble face à une immense cheminée. Au cours de cette nuit, nous rencontrons les premiers désagréments des gîtes «  les ronfleurs » et les vielles portes grinçantes pour descendre aux toilettes ; Pour moi pas question de descendre 4 étages ! je me soulage donc par la fenêtre. Aubrac , monastère fondée en 1120 par un pèlerin Flamand « Adalard » qui faillit mourir agressé par des brigands, puis pris dans un tourmente de neige. La tour abrite toujours l’unique rescapée de cinq cloches « Maria » que l’on appelle  la cloche des perdus, elle sonnait chaque soir deux heures d’affilée « Errantés Revoco » (je rappelle les égarés) dit l’inscription dans le bronze de la cloche. Au cours de cette journée Claudine a commencé sa collection d’ampoules, une au talon et une au gros orteil. Jeudi 16 Juillet réveil à 6 heures, déjeuner aux cuisines puis c’est le départ dans la brume matinale ; le village est désert, tout est calme, nous voilà en route pour St Côme d’Olt situé à 25km en passant par St Chély d’Aubrac pou y faire le plein de provisions. 

                                  St Chély d’Aubrac groupé autour de son église                           Blottit au creux d’une vallée St Chély (demeure ancienne)
                                   Sortie de St Chély(vieux pont sur la Boralde)                                Vue de St Chély au creux du vallon les Hêtraies 

Départ de St Chély en empruntant le vieux pont sur la Boralde suivi d’une rude montée dès la sortie du village au travers de jolis bois de hêtres ; Cette étape fut assez courte, d’autant plus que l’on descend régulièrement jusqu’au rives du Lot. Le contraste est total entre le plateau désolé de l’Aubrac et la verte vallée Aveyronnaise à l’agriculture prospère. Hêtres chênes châtaigniers et sapins nous dispensent de leur ombrage par cette journée très ensoleillée. Après quelques descentes épuisantes à cause des chemins caillouteux, nous arrivons vers 15 h 20 en vue de St Côme d’Olt l’un des plus beaux villages de France avec son clocher  tors et flamine en vrille. 

En vue de St Côme d’Olt
Rue principale de St Côme (St Côme patron des médecins)
Église de St Côme(remarquable clocher en vrille) 
Rive gauche du lot (Vue de St Côme) 
Chapelle romane de Bouysse (10ème siècle)
(Toiture en forme  de carène et clocher peigne)

Au soir dîner sur l’herbe au camping de St Côme avec pour la première fois au menu Camembert et vin rouge à volonté, quel plaisir. Vendredi 17 juillet nous partons au petit matin  sur St Côme en direction de Golhinac distant de 32km. Après avoir traversé le Lot sur le vieux pont, nous attaquons le sentier à flanc coteaux parfois herbeux, parfois rocailleux avec beaucoup d’ombrage. Cette étape se déroule dans la vallée du Lot entre cultures et bois de hêtres. De nombreux jolis manoirs comme celui de Beauregard et nous voilà bientôt dans les faubourgs d’Espalion et découvrons l’église de perse de style pur roman en grès rose et son clocher à quatre arcades. 

Beauregard (joli manoir)
Église de perse ( en grès rose)
C’est jour de marché à Espalion, beaucoup de monde dans les rues ; quelques erreurs de parcours dans le centre ville et repartons en direction d’Estaing  à 11 km. Arrivée en vue d’Estaing dont on aperçoit le château qui domine le confluent du Lot et de la Coussane. 

Vue générale d’Estaing
Estaing dominé par son imposant château du 15ème siècle   
Après avoir traversé le vieux pont Gothique sur le Lot, on s’installe au bord du fleuve ; un charmant monsieur nous accoste et entame la conversation, c’est un breton qui voilà 20 ans est parti de chez lui pour rallier Compostelle. Ayant fait une halte dans la cité, il est tombé amoureux du coin et de sa future épouse tant et si bien qu’il décida de s’y établir et à Estaing s’arrêta pour lui le chemin, tel est parfois le destin. La fin d’étape est difficile pour tous avec de nombreux dénivelés, le chemin grimpe raide entre forêts et fermes isolées .Nous aboutissons au modeste village de Golhinac où se trouve un camping aux installations très récentes

Clocher de Golhinac (vue sur la vallée embrumée)
Ce soir nous décidons d’aller manger au restaurant, il n’y pas le choix, c’est le seul du village. Ni enseigne, ni menu à l’entrée. Nous rentrons, la patronne ne nous adresse même pas la parole. On lui demande si l’on peut dîner et elle nous répond sèchement que c’est la troisième fois qu’elle recommence à faire la cuisine et qu’elle en a marre. Son comportement nous sidère ! alors que l’on s’apprête à sortir, elle revient et aimablement accepte .On ne le regrettera pas car le repas fut copieux avec notamment un aligot maison spécialité de la région que l’on déguste pour la première fois. Qu’est ce que l’on apprécie un bon repas après une rude journée de marche sous un soleil de plomb. Un bon verre de vin rouge avec un morceau de camembert, c’est le bonheur. Nous voilà déjà le samedi 18 juillet, après le bon repas de la veille et une bonne nuit nous décidons de faire la grâce matinée, lever vers 6 h 30 pliage de la tente et rangement du sac à dos puis petit déjeuner copieux au resto de la veille. Nous prenons le départ de l’étape à 8 heures, la vallée est toute embrumée, le spectacle est superbe, le soleil nous réchauffe déjà, la journée promet d’être chaude. En chemin nous faisons connaissance d’une Suisse elle nous raconte sa méthode pour endurcir les pieds en les laissant tremper dans l’eau additionnée d’une décoction d’écorce de chêne « Tan ».Voici venir le petit village d’Esperac ou l’on se ravitaille à la seule petite épicerie, l’étape quoique assez courte 25 km n’est pas des plus reposantes, il fait très chaud et le parcours emprunte pas mal de bitume, peu après Senergues, petit hameau du Rouergue, sur la route nous rencontrons Hervé assis à moitié sur la route en plein virage entrain tout naturellement de presser un jus d’orange ; il en a ras le bol de marcher sur le bitume par cette chaleur. 

Senergues (rue du village)
Senergues (jardinet bien fleuri)
Nous voilà bientôt à Conques avec pour finir un raidillon jonché de pierrailles, encaissé entre murets de pierres et enfermé dans un tunnel de végétation. L’étape s’est déroulée sous une véritable canicule. J’attends une dernière fois Claudine (elle est toujours derrière) avant d’entrer dans Conques, pendant ce temps Hervé nous rejoint et nous faisons notre entrée dans Conques. 

Arrivée dans le village de Conques
Claudine et Hervé 

D’emblée nous sommes éblouis par la beauté du site avec ses superbes maisons aux toits de lauze accrochés à flanc de coteaux qui s’intègrent parfaitement au paysage verdoyant du fond de vallée, classé comme un des plus beaux village de France. Les maisons du village sont magnifiques avec leurs façades médiévales aux colombages remplis de schistes aux tons chauds d’ocre rouge, rose et orangé. 

Conques (Porte du Barry) 
Conques (rue Médiévale pierrée)
La rue principale ou rue Charlemagne comme toutes les rues est recouverte de cailloux. Au centre du village on découvre la façade de la superbe basilique Ste Foy. 

Conques (Basilique Ste Foy)
Conques (Basilique  Nef au plafond  élevée 22 m)
Ste Foy de Conques 
(Sauvée de la démolition en 1838 par Prospère Mérimée) 
Sur le tympan de la façade, on peut admirer le délicat travail des sculpteurs qui raconte le thème du jugement dernier. Nous admirons aussi la jolie petite chapelle St Roch sur sa butte rocheuse 16ème siècle. 

Conques (Sculpture du Tympan de la Basilique)
Porte ancienne de Conques datée de 1771 
Conques (Chapelle St Roch)
Aussitôt arrivés direction le bar « St Jacques » pour se désaltérer d’un bon demi bien frais puis recherche du camping qui se trouve tout en contre bas du village sur les rives du Lot. Le soir Hervé que nous avions connu quelques jours auparavant nous propose d’aller dîner au restaurant avant de se quitter car pour nous le chemin s’arrête ici. Nous déclinons l’invitation à regret car nous sommes fauchés (50 francs en poche) pas de distributeur au village et la poste est fermée. Qu’importe il nous invite, règle la note et nous échangeons nos coordonnées pour le régler une fois rentrer chez nous. Nous sommes toujours en relation encore aujourd’hui. Tout cela démontre bien la confiance qu’il règne entre pèlerins quelque soit le niveau social de chacun ; ceci est aussi valable vis à vis des habitants que l’on rencontre dans les villages traversés, un exemple, la patronne du camping va nous faire une avance d’argent en attendant l’ouverture du bureau de poste le lundi matin ! Voilà il est l’heure de faire le bilan, pour une première approche des chemins de St Jacques, c’est une réussite que ce soit sur le plan physique ou sur le plan humain. Nous avons rallié Conques dans les délais prévus (environ 200 km en 7 jours) . Nous avons rencontré et échangé avec des pèlerins de tout bord, de tout âge et de toute nationalité (Suisse, Anglais, Hollandais et Suédois). En revanche nous sommes déçus d’en finir là d'abandonner les gens avec lesquels nous avions marché jour après jour. Le lendemain, c’est Dimanche, il nous faut penser au retour. Joie profonde et tristesse se mêlent et c’est ici à Conques, au pied du superbe pont Romain qui enjambe le Dourdou que nous faisons le vœux de repartir d’ici pour l’an 2000 afin de rallier d’une traite St Jacques de Compostelle car nous sommes tombés amoureux des chemins de St Jacques.   
Conques (le pont romain qui enjambe le Dourdou)
 3500 KM parcourus depuis sur les chemins de St Jacques de 1998 à 2005 

 

                                               Du 1er au 17 juillet 1999 

Vézelay Le Puy en Velay 
Conques St Jacques de Compostelle 

Du 16 juin au 12 juillet 2001
Arles col de Somport 

Du 17 juin au 1er juillet 2002 
Le sentier Cathare de Port la Nouvelle à Foix 
    Genève le Puy en Velay   

    Du 20 juin au 3 juillet 2005 

Le chemin de Stevenson (le Puy en Velay Alès) 
La Credential 
C’est le passeport du pèlerin. Document indispensable il donne accès aux refuges des pèlerins tout au long du chemin il doit être tamponné à chaque étape